Une règle d’or et une seule : le silence

« Le silence, c’est le trésor de la retraite. » Marthe Robin

Nous mettons tout notre cœur et toute notre énergie pour que votre ressourcement spirituel soit profond et bénéfique.

Dieu, l’Ami du silence, vous a donné rendez-vous et Il vous attend.

Vous qui êtes immergés dans un monde bruyant et qui êtes sans cesse sollicités par vos téléphones et autres outils multimédia, le silence est une réalité qui peut vous sembler lointaine, presque inaccessible voire angoissante.

Venez découvrir le silence comme un cadeau et une délicatesse de l’Amour de Dieu !

Faire silence vous permet de descendre en vous-même, de mieux vous connaître et d’accueillir Dieu qui désire parler à votre cœur. Dieu se donne dans le silence, Il murmure à l’oreille de celui qui écoute en profondeur. Vous goûtez ainsi la joie du recueillement et du cœur à cœur avec le Seigneur et la Vierge Marie.

Faire silence vous permet de respecter le silence des autres retraitants et d’être en communion authentique avec chacun, à travers la prière commune et les sourires échangés.

Les couples mariés ou en chemin choisissent des moments et des lieux privilégiés pour échanger ensemble, à deux, tout en respectant le silence des autres retraitants.

Dès le début de la retraite, vous êtes invité à vous déconnecter des outils multimedia, notamment en éteignant (ou mettant en mode avion) votre portable et/ou votre ordinateur pour accueillir l’inattendu de Dieu. Si vous devez téléphoner ou recevoir un appel, vous êtes invité à aller à l’extérieur de l’enceinte de la Flatière.

« Ô Marie ! ô ma sainte et bonne Mère ! donnez-moi, donnez à tous de comprendre la grande valeur du silence, dans lequel on entend Dieu ! Apprenez-moi à me taire pour écouter la Sagesse éternelle. Apprenez-moi à tirer du silence tout ce qu’il renferme de grand, de saint, de surnaturel, de divin ; aidez-moi à en faire une prière parfaite, une prière toute de foi, de confiance et d’amour ; une prière vibrante, agissante, féconde, capable de glorifier Dieu et de sauver les âmes ! Ma vie vaudra ce que vaudra mon oraison. » Marthe Robin le 12 janvier 1930